Pep Guardiola et Manchester City ont-ils rendu la Premier League moins compétitive ?

 

 

La Premier League est connue depuis longtemps pour sa compétitivité, son imprévisibilité et l’enthousiasme qu’elle suscite auprès des fans de football du monde entier. Cependant, ces dernières années, Pep Guardiola a guidé Manchester City vers un niveau de domination qui a conduit à se demander si l’EPL perdait son avantage concurrentiel.

 

Le terme « ligue des agriculteurs » est souvent utilisé de manière péjorative pour décrire des ligues perçues comme non compétitives, dans lesquelles une équipe éclipse systématiquement les autres. Alors, Manchester City, avec ses fréquentes victoires au titre, a-t-il transformé l’ EPL en une « ligue de fermiers » ?

La domination de Manchester City sous Pep Guardiola

Depuis que Pep Guardiola a pris la direction de Manchester City en 2016, le club a connu une époque de succès sans précédent. Sous sa direction, City a remporté six des sept derniers titres EPL. Le sens tactique du Catalan, associé à une équipe bien financée, a transformé City en une force formidable dans le football anglais.

Aperçu statistique

Pour quantifier la domination de City, un regard sur les chiffres est essentiel :

 

– Titres de Premier League : 6 titres en 8 saisons (2016-2024)

– Points accumulés : moyenne de plus de 90 points par saison, dont un record de 100 points lors de la saison 2017-18.

– Buts marqués : mène régulièrement la ligue en termes de buts marqués, avec un jeu offensif innovant.

 

Ce niveau de succès constant est rare dans l’EPL, historiquement connue pour ses multiples challengers au titre et les clubs « Big Six » – Manchester United, Liverpool, Chelsea, Arsenal, Tottenham Hotspur et Manchester City – se disputant souvent les plus grands honneurs.

Comparaisons avec d’autres ligues européennes

Pour comprendre si le Prem devient moins compétitif, il est essentiel de le comparer avec d’autres grands championnats européens où certaines équipes ont historiquement dominé.

Ligue 1 : Paris Saint-Germain (PSG)

La Ligue 1 française a été largement critiquée comme une « ligue de fermiers », principalement en raison de la domination du Paris Saint-Germain depuis son acquisition par Qatar Sports Investments en 2011.

Lis:  Article sur les récompenses de la semaine de match

 

 

Le PSG a remporté 10 des 12 derniers titres en France. La puissance financière du PSG leur a permis d’attirer des talents de classe mondiale, créant ainsi un écart important entre eux et les autres clubs français.

Liga : Real Madrid et Barcelone

Dans la Liga espagnole, le récit a été dominé par le Real Madrid et Barcelone. À eux deux, ils ont remporté 17 des 21 derniers titres de la Liga (2003-2024). Leur puissance financière et leur attractivité mondiale leur permettent de recruter des joueurs de haut niveau, maintenant ainsi un duopole sur le football espagnol.

 

Ces derniers temps, seul l’Atletico Madrid a pu parfois remettre en cause ce statu quo, mais certainement pas de manière régulière.

Bundesliga : Bayern Munich

La Bundesliga allemande est un autre exemple où un club, le Bayern Munich, a fait preuve d’une domination prolongée. Le Bayern a décroché le titre de Bundesliga pendant 11 saisons consécutives (2012-2023), démontrant ainsi son hégémonie dans le football allemand. La gestion efficace du club, sa solide santé financière et son solide système de développement de la jeunesse contribuent à son succès durable.

 

Ils ont finalement été détrônés par un Bayer Leverkusen effréné en 2023/24, mais seront probablement très impliqués dans la conversation pour le titre au printemps prochain.

Serie A : Juventus

La Serie A italienne a connu des schémas similaires avec la Juventus, qui a remporté 9 titres consécutifs de 2011 à 2020. Malgré leurs récentes difficultés, la domination de la Juve au cours de la dernière décennie n’est pas sans rappeler le contrôle exercé par le Bayern Munich en Allemagne et le PSG en France.

L’EPL est-elle en train de devenir une « Ligue des agriculteurs » ?

Au vu de ces comparaisons, où en est l’EPL ? La récente domination de Manchester City est indéniable, mais la question de savoir si cela a transformé l’EPL en une « ligue des agriculteurs » est controversée.

Paysage concurrentiel

Malgré les récents succès de City, l’EPL maintient un niveau de compétitivité qui la distingue de ses homologues européens. Plusieurs équipes se battent constamment pour les places en Ligue des champions, et la bataille pour la relégation implique souvent de nombreux clubs jusqu’à la dernière journée.

Lis:  10 transferts les plus chers en Premier League (Bonus : dernières rumeurs de transfert)

 

– 2019/20 : la victoire de Liverpool avec 99 points a démontré que la domination de City pouvait être remise en question.

 

 

– 2021/22 : La course au titre s’est jouée jusqu’au dernier match de la saison, City devançant de peu Liverpool.

– 2022/23 : Arsenal s’est imposé comme un concurrent sérieux, gardant la pression sur City jusqu’aux phases finales.

– 2023/24 : À l’automne et au début de l’hiver, Arsenal, Aston Villa, Liverpool et Manchester City étaient tous en lice pour le titre. C’est finalement Arsenal qui a poussé City jusqu’à la dernière journée, mais sans succès.

Répartition financière

Le modèle financier de l’EPL contribue également à sa compétitivité. La répartition des revenus télévisuels est plus équitable que celle des autres ligues, offrant ainsi aux petits clubs les ressources nécessaires pour rivaliser plus efficacement. Ce modèle contraste avec la Liga, où le Real Madrid et Barcelone reçoivent une part importante des revenus télévisuels, ce qui creuse encore plus l’écart entre eux et les 18 autres équipes.

Diversité tactique

L’EPL est bien connue pour sa diversité tactique, avec des managers d’horizons différents apportant des philosophies variées au jeu. Cela crée un environnement dynamique dans lequel différents styles de jeu peuvent réussir, contrairement aux ligues où une seule approche tactique peut dominer.

Appel mondial

L’attrait mondial de l’EPL garantit également une large base de talents et d’investissements. Les clubs attirent des joueurs du monde entier, améliorant ainsi la qualité et la compétitivité de la ligue. Cette portée mondiale contribue à maintenir un niveau élevé d’intérêt et d’imprévisibilité.

Contre-arguments : signes d’une tendance ?

Même si la nature compétitive de la Premier League est solide, certains arguments suggèrent que la domination de City pourrait signaler un changement :

 

– Disparité des ressources : la puissance financière de Manchester City, alimentée par sa propriété, lui permet d’attirer et de retenir les meilleurs talents. Cet avantage financier peut créer un écart similaire à celui observé en Ligue 1, en Liga et en Bundesliga.

Lis:  5 raisons pour lesquelles Lionel Messi est loin d'être fini !

– Stabilité managériale : Le long mandat de Guardiola et la mise en œuvre réussie de sa philosophie fournissent à City une base stable, ce qui rend difficile pour les autres clubs d’égaler leur cohérence.

 

 

– Profondeur de l’équipe : La profondeur de l’équipe de City leur permet de rivaliser sur plusieurs fronts, écrasant souvent leurs adversaires grâce à la qualité de leurs joueurs de banc.

La saison 2024/25 : un tournant ?

À l’approche de la saison 2023/24, les premiers signes nous donneront à tous une idée si City maintiendra sa domination ou fera face à une concurrence renouvelée. Tous leurs plus grands adversaires renforceront leurs équipes, tandis qu’il y aura également de nouveaux visages dans des équipes comme celles de Liverpool ou de Chelsea.

Indicateurs clés à surveiller

– Écart de points : surveiller l’écart de points entre City et les autres meilleures équipes peut indiquer si la ligue reste compétitive.

– prétendants au titre : le nombre d’équipes en compétition réaliste pour le titre tout au long de la saison.

– Performance dans les compétitions européennes : les succès en Ligue des Champions, en Ligue Europa et en Ligue de Conférence peuvent également refléter la force globale de la ligue.

Conclusion : le débat fait rage

La question de savoir si Manchester City et Pep Guardiola ont transformé l’EPL en une « ligue des agriculteurs » est complexe et comporte de nombreux aspects sous-jacents. Alors que la récente domination de City rappelle le contrôle exercé par le PSG en France, le Bayern en Allemagne et la Juventus en Italie, la structure compétitive de l’EPL, sa répartition financière et son attrait mondial la différencient de ses homologues européens.

 

La saison 2024/25 pourrait être très importante pour évaluer l’équilibre compétitif de la ligue. Si de nouveaux challengers émergeaient et constituaient une menace durable à la suprématie de City, cela renforcerait la réputation de l’EPL en tant que ligue la plus compétitive au monde. À l’inverse, si City continue de dominer, le discours pourrait changer, suscitant de nouveaux débats sur la compétitivité de la ligue.

Share.
Leave A Reply