Les décisions disciplinaires dans le football, notamment sur le terrain, sont prises par les arbitres. Le but de la VAR est d’assumer un rôle consultatif et d’aider simplement le processus de prise de décisions équitables en offrant divers angles de jeu à différentes vitesses.

Si l’arrivée de la VAR a été saluée par certains, d’autres la désapprouvent et la considèrent comme une tache sur le beau jeu.

Comme c’est inévitablement le cas, les décisions vont inévitablement aller à l’encontre des équipes et lorsque cela se produit, il y a parfois un sentiment d’injustice parmi les fans contre qui ces décisions ont été prises. En tant que fans de football de Premier League, nous avons vu plusieurs situations de ce genre se dérouler.

Fondamentalement, la VAR pourrait faire la différence entre une équipe qui sort d’un match avec un point ou trois points. De grandes décisions sont prises aux deux extrémités du tableau dans des moments charnières. Lorsque ces incidents sont soumis à la VAR, le résultat peut faire la différence entre la relégation et le salut ou un titre de champion ou une place européenne.

Dans cet article, nous allons examiner comment les décisions de la VAR peuvent affecter la destination du titre de Premier League cette saison.

Avant cela, voici un rappel de l’histoire de la VAR en Premier League.

Les origines de la VAR

Naturellement, c’est aux Pays-Bas que le concept de la VAR est apparu pour la première fois. Le KNVB, l’instance dirigeante du football national, a commencé à expérimenter le concept dans le cadre de son initiative “Arbitrage 2.0” au début de la décennie précédente.

En septembre de cette même année, il a fait sa première officielle lors d’un match de la KNVB Cup contre l’Ajax et Willem II. De manière inattendue, la A-League, la première ligue australienne, a été la première ligue de football à intégrer la VAR dans son système.

Plus particulièrement pour leurs tournois de Coupe et, plus tard, leurs divisions supérieures, les organismes de réglementation de toutes les grandes nations jouant au football, dont les États-Unis, le Portugal, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, ont commencé à intégrer la VAR.

Quand la Premier League a-t-elle introduit la VAR ?

À ce moment-là, la VAR était déjà utilisée dans d’autres ligues supérieures en Europe, à l’exception de la Premier League. Il a fallu un incident majeur impliquant une erreur claire et évidente des officiels sur le terrain pour que l’arbitre assistant vidéo soit enfin introduit dans la ligue.

Le match de bas de tableau entre Southampton et Watford s’est terminé par un match nul 1-1 litigieux. L’arbitre Simon Hooper a refusé un but de Charlie Austin après avoir jugé que Maya Yoshida était hors-jeu. En conséquence, les Saints se sont dangereusement rapprochés de la zone de relégation.

Après le match, un Charlie Austin très déçu a exprimé son mécontentement face à la décision qui a vu son but refusé, une erreur évidente de la part des officiels :

“Nous avons marqué un but parfaitement valable qui a été annulé pour hors-jeu. Les officiels nous ont coûté deux points. Ils ont dit que c’était hors-jeu, c’est une blague.

“Les gens parlent de la VAR, ils ont clairement besoin d’aide. Si c’est le meilleur championnat du monde, le plus regardé, alors donnez-leur toute l’aide dont ils ont besoin. C’est une blague”.

À la suite de cet événement, toutes les équipes de Premier League ont décidé de mettre en œuvre la VAR à partir de la campagne 2019-20.

Vote unanime pour introduire la VAR en Premier League

Le 3 mars 2018, l’International Football Association Board (IFAB) a accepté d’autoriser l’utilisation d’arbitres assistants vidéo.

Les équipes de la Premier League ont ensuite décidé à l’unanimité en novembre 2018 que la mise en œuvre de la VAR commencerait lors de la saison 2019-20, sous réserve de tests.

Au cours de la saison 2018-19, la Ligue et Professional Game Match Officials Limited (PGMOL), qui officient les matchs de Premier League, ont effectué des tests intensifs lors de matchs en direct. La Ligue a également vu la VAR en action lors de rencontres de FA Cup et d’EFL Cup.

Le succès des tests a permis de soutenir la mise en œuvre de la VAR en 2019-20.

Lis:  Dernier tour d’horizon de l’actualité de la Premier League

L’IFAB a remis le contrôle de la VAR à la FIFA en juillet 2020.

L’IFAB et la FIFA continuent de collaborer étroitement, notamment en ce qui concerne le protocole VAR, les lois associées et les normes d’éligibilité.

Qui désigne les arbitres assistants vidéo ?

Chaque semaine, au début de la série de matchs de Premier League, Professional Game Match Officials Limited (PGMOL) annonce ses sélections en tant que membres de l’équipe d’arbitres.

Le centre VAR se trouve à Stockley Park, dans l’ouest de Londres, où il est rejoint par un assistant VAR (AVAR) et un opérateur de relecture (RO).

Que va examiner le VAR ?

Le VAR vérifie s’il y a ou non un but.

Ils vérifient les fautes à l’intérieur (et parfois, à l’extérieur) de la surface de réparation pour prendre des décisions de pénalité.

Le VAR vérifie s’il y a un carton rouge direct, mais pas un deuxième carton jaune ou des avertissements réguliers.

Les incidents d’erreur d’identité ne se produisent pas souvent, mais si l’arbitre avertit ou exclut le mauvais joueur, la VAR sera là pour vérifier ces cas.

Qu’est-ce qu’il ne contrôlera pas ?

Tout incident lié à un carton jaune ou un deuxième carton jaune menant à un carton rouge ne sera pas contrôlé par la VAR

Toute infraction sur coup franc à l’extérieur de la surface de réparation autre que les infractions liées à un carton rouge ou les appels de penalty potentiels en fonction de la proximité de la surface de réparation.

L’avantage que la VAR apporte à la Premier League

Au cours de la saison où les arbitres assistants vidéo ont été introduits pour la première fois en Premier League, la VAR a examiné plus de 2 400 incidents et annulé 109 erreurs commises par les officiels sur le terrain.

La ligue a constaté une amélioration substantielle des jugements de matchs importants, passant de 82% lors de la campagne précédente à 94% cette fois-ci.

Les problèmes causés par la VAR en Premier League

Aussi utile que la technologie ait été, la VAR a fait les gros titres pour de mauvaises raisons également. La VAR n’a pas toujours été fiable et a nui à certains clubs lors de matchs importants de Premier League. La VAR dispose de suffisamment de temps et de ressources pour évaluer un problème qui pourrait ne pas être immédiatement apparent.

Même avec le temps et la technologie contemporaine de son côté, la VAR a toujours fini par rendre des décisions incorrectes qui ont particulièrement affecté les clubs de première division anglaise.

Certains contrôles VAR prennent trop de temps et enlèvent tout intérêt aux matchs à haute intensité. Cela provoque la frustration des supporters présents et crée une atmosphère toxique.

En quête de précision, les lignes tracées pour les incidents impliquant des décisions de hors-jeu très serrées peuvent devenir très ennuyeuses pour les fans qui regardent à la maison.

La VAR peut avoir des angles de caméra et la possibilité pour l’arbitre sur le terrain de juger et de prendre les bonnes décisions clés du match à partir de différents points de vue, derrière la technologie se trouvent toujours des humains et en tant que tels, l’erreur humaine se produira toujours.

La VAR n’est pas garantie de fournir des résultats 100% exacts car l’arbitre sur le terrain est celui qui a le dernier mot. Ainsi, il y aura des appels de penalty manqués, des appels de hors-jeu incorrects, des incidents manqués impliquant des fautes ou des bagarres hors du ballon, etc.

Quelques incidents VAR très médiatisés au cours des saisons précédentes

L’aisselle de Raheem Sterling

Le but de Gabriel Jesus lors de la saison 2019-20 a été annulé parce que l’aisselle de Raheem Sterling a été jugée hors-jeu de 2,4 centimètres.

City subit un double coup dur

Lors d’un match crucial entre Liverpool et Manchester City en 2020, la VAR a refusé à Manchester City un coup de pied de pénalité, même si les reprises montrent clairement que Trent Alexander-Arnold a manipulé le ballon.

Puis, quelques secondes plus tard, City a concédé un penalty, que Liverpool a transformé.

Erik Dier donne un penalty

En septembre 2020, un match à domicile entre Tottenham Hotspur et Newcastle United semblait devoir se solder par trois points pour les hommes de José Mourinho, mais la VAR avait d’autres plans.

Lis:  La Premier League est-elle toujours le championnat le plus difficile au monde ?

Andy Carroll s’est levé pour reprendre de la tête un coup franc de Newcastle dans la surface, mais les Spurs ont pu dégager le ballon en fin de match.

Les arbitres ont cependant pu déterminer, après une révision VAR, qu’Eric Dier avait vraiment manipulé le ballon et ont accordé un penalty à Newcastle.

Il semble bien qu’il y ait eu un contact avec le bras de Dier sur le play-back. Le défenseur anglais, cependant, était dos au ballon et agitait simplement son bras dans le but de dépasser Carroll. Cela n’a eu aucun effet sur la trajectoire du ballon et n’était certainement pas une infraction préméditée.

L’arbitre Peter Bankes a tout de même été obligé d’indiquer le point, permettant à Callum Wilson d’égaliser, privant ainsi Tottenham de deux points.

Quelques incidents VAR très médiatisés au cours de la saison 2022/23

Nous venons de dépasser la moitié de cette saison, mais plusieurs incidents manqués très médiatisés et des erreurs évidentes ont été commis cette saison.

Jarrod Bowen contre Chelsea

West Ham United s’est vu refuser l’égalisation contre Chelsea à la 90e minute de la saison 2022/23 en cours lorsque Jarrod Bowen a été reconnu coupable d’une faute sur Edouard Mendy dans la mise en place.

Alors que son équipe était privée d’au moins deux points, David Moyes a perdu son sang-froid et s’en est pris aux arbitres.

Christian Romero contre Chelsea

La VAR a déterminé que le défenseur des Spurs Christian Romero tirant les cheveux de Marc Cucurella avant l’égalisation de son équipe ne méritait pas une faute, dans un autre revirement surprenant de cette saison.

Il est étonnant que Chelsea ait perdu deux points et que le PGMOL l’ait accepté comme une “erreur”, ce qui a incité les fans de football du monde entier à parler de “corruption”.

Douglas Luiz a reçu un carton rouge à tort

Lors du dernier match de Steven Gerrard à la tête de Villa, Douglas Luiz a reçu un carton rouge direct suite à une altercation avec Aleksandar Mitrovic en dehors du ballon.

Avant d’éjecter le milieu de terrain de Villa, l’attaquant de Fulham est tombé au sol en se tenant le visage, et l’arbitre a été appelé au moniteur VAR du bord du terrain.

Les rediffusions ont montré que Mitrovic avait commencé l’altercation, et le panel indépendant (PGMOL) a déterminé qu’il s’agissait d’une autre hypothèse erronée.

Une décision incorrecte sur un penalty coûte trois points à Forest

Avant la pause de la Coupe du monde, un penalty donné au City Ground pour une faute présumée de Dean Henderson sur Yoane Wissa a suscité la controverse.

La jambe de l’attaquant de Brentford a fait un petit contact avec le bras de Henderson alors qu’il cherchait à prendre le ballon autour du gardien de Forest.

L’arbitre a désigné le point de penalty après avoir examiné l’incident sur le terrain, mais les reprises ont suggéré que Wissa, et non Henderson, avait fait le premier contact.

La VAR affectera-t-elle le titre de la Premier League ?

Elle le fera. En fait, c’est déjà le cas. Le leader de la ligue, Arsenal, est l’une des équipes en lice pour le titre qui a vu certaines décisions VAR se retourner contre elle.

Arsenal perd des points contre Brentford après un appel de hors-jeu manqué

À l’Emirates, l’égalisation de Toney a porté un coup à la course au titre d’Arsenal car Lee Mason, le VAR, a négligé le placement de Christian Norgaard qui a assisté au score alors qu’il était hors-jeu.

Parce qu’Ethan Pinnock était en position de jeu lorsque Mason a revu la construction du but, Brentford s’en est sorti avec un match nul et les Gunners ont dû se contenter d’un match nul.

Ce résultat signifie que Manchester City a réduit l’écart sur Arsenal dans la course au titre à trois points avant leur affrontement de mercredi.

But de Martinelli refusé à Old Trafford

En septembre, lorsque le but initial de Gabriel Martinelli a été annulé de manière controversée, les Gunners ont subi leur première défaite de l’année.

Martin Odegaard a commis une faute sur Christian Eriksen au cours de la préparation, a déterminé l’arbitre après avoir consulté le moniteur VAR côté terrain, et le but a été refusé.

Lis:  Chelsea continue de lutter : Faut-il licencier Graham Potter ?

Le panel a pu considérer cette erreur comme la plus notable de la première moitié de la saison.

Aston Villa marque un coup franc après une faute de main.

Lors de la défaite 3-1 de Manchester United face à Aston Villa, les Red Devils se sont retrouvés menés de deux buts dès l’entame du match après que Lucas Digne ait converti un coup franc.

Anthony Taylor a été informé par Christian Eriksen que le mur de United était plus éloigné que les 10 yards nécessaires, mais l’arbitre n’en a pas pris note. Après la défaite, la hiérarchie des Red Devils a parlé avec PGMOL, et le corps arbitral a reconnu que Taylor avait commis une erreur évidente.

Un regard sur les trois premières équipes du tableau de la Premier League et certains de leurs chiffres

Dans cette section, nous allons passer en revue les chiffres des trois meilleures équipes de la ligue qui sont actuellement actives dans la course au titre et leurs chiffres concernant les décisions VAR.

Arsenal

Renversements : 7

Menant à des buts pour : 0

Buts non accordés : 2

Buts contre : 0 0

Buts contre refusés : 0 1

Score net de buts : -1

Décisions subjectives pour : 2

Décisions subjectives contre : 3

Score subjectif net : -1

Pénalités pour / contre : 0 / 1

Cartons rouges pour / contre : 0 / 0

Match : Leicester (à domicile ; 13 août)

Incident : Penalty annulé après qu’Aaron Ramsdale ait jugé qu’il n’avait pas commis de faute sur Jamie Vardy, 43e minute – FOR

Match : AFC Bournemouth (à l’extérieur; 20 août)

Incident : But de Gabriel Jesus refusé pour hors-jeu, 72e minute – CONTRE

Match : Man United (à l’extérieur; 4 sept.)

Incident : But de Gabriel Martinelli refusé pour une faute de Martin Odegaard sur Christian Eriksen, 12e minute – CONTRE

Match : Leeds (à l’extérieur; 16 oct.)

Incident : Penalty accordé (manqué par Patrick Bamford) pour une faute de main sur William Saliba, 60e minute – CONTRE

Incident : Penalty annulé et carton rouge contre Gabriel déclassé en jaune ; pas de faute sur Bamford, 90e minute – POUR

Match : West Ham (à domicile ; 26 déc.)

Incident : Penalty annulé, pas de faute de main par Aaron Cresswell, 45e minute – CONTRE

Match : Brighton (à l’extérieur ; 31 déc.)

Incident : But de Kaoru Mitoma annulé pour hors-jeu, 89e minute – POUR

Manchester City

Manchester City -3

Renversements : 5

Menant à des buts pour : 1

Buts non accordés : 2

Buts contre : 1 1

Buts refusés contre : 0

Score net de buts : -2

Décisions subjectives pour : 1

Décisions subjectives contre : 2

Score subjectif net : -1

Pénalités pour / contre : 1 / 0

Cartons rouges pour / contre : 0 / 0

Match : Newcastle (A ; 21 août)

Incident : But de Miguel Almiron autorisé après avoir été initialement refusé pour hors-jeu, 28e minute – CONTRE

Incident : Carton rouge de Kieran Trippier pour une faute sur Kevin De Bruyne dégradé en jaune, 73e minute – CONTRE

Match : Liverpool (A ; 16 oct.)

Incident : But de Phil Foden refusé pour une faute d’Erling Haaland sur Fabinho, 53e minute – CONTRE

Match : Brighton (H ; 22 oct.)

Incident : Penalty accordé (marqué par Erling Haaland) pour une faute de Lewis Dunk sur Bernardo Silva à la 39e minute – POUR

Match : Fulham (H ; 5 nov.)

Incident : But d’Erling Haaland refusé pour hors-jeu à la 74e minute – CONTRE

Manchester United

Renversements : 6

Menant à des buts pour : 1

Buts non accordés : 2

Buts contre : 0 0

Buts contre refusés : 2

Score net de buts : +1

Décisions subjectives pour : 2

Décisions subjectives contre : 1

Score subjectif net : +1

Pénalités pour / contre : 1 / 0

Cartons rouges pour / contre : 1 / 0

Match : Arsenal (H ; 4 sept.)

Incident : But de Gabriel Martinelli refusé pour une faute de Martin Odegaard sur Christian Eriksen, 12e minute – FOR

Match : Everton (A ; 9 oct.)

Incident : But de Marcus Rashford refusé pour une faute de main, 80e minute – CONTRE

Match : Nottm Forest (H ; 27 déc.)

Incident : But de Willy Boly refusé pour hors-jeu, 40e minute – POUR

Match : Wolves (A ; 31 déc.)

Incident : But de Marcus Rashford refusé pour faute de main, 84e minute – CONTRE

Match : Crystal Palace (H ; 4 fév.)

Incident : Penalty accordé (marqué par Bruno Fernandes) pour une faute de main sur Will Hughes, 4ème minute – POUR

Incident : Casemiro expulsé pour conduite violente contre Will Hughes, 70e minute – CONTRE

Share.
Leave A Reply